Lucia Anna Livia Joyce

De Eugène Durif


Mise en scène Eric Lacascade


Avec Karelle Prugnaud



PREMIERE APPROCHE DE LUCIA SOUS FORME DE PORTRAIT...


Joyce et sa fille Lucia, dans les années trente à Paris. Il est en train d’écrire un « work in progress », qui deviendra « Finnegans Wake ». Elle abandonne la danse qu’elle pratiquait intensément, tombe amoureuse d'un autre écrivain, Samuel Beckett, alors assistant de son père, qui la rejette. Lucia qui se confond avec Anna Livia Plurabella, figure du dernier texte paternel. Lucia soignée par Jung et différents psychiatres, puis définitivement internée.

Un texte d’Eugène Durif, qui développe parallèlement roman et théâtre autour de ce personnage, une actrice-performeuse Karelle Prugnaud, le premier moment d’une « aventure singulière » pour reprendre l’expression du metteur en scène Eric Lacascade, au cours de laquelle le public est invité à devenir partenaire actif de cette « œuvre en mouvement »…

Premier mouvement d’un travail qui mènera à la création du spectacle « LE CAS LUCIA J. (un feu dans sa tête) » en décembre 2018 à la Rose des vents - Scène nationale Lille Métropole – Villeneuve d’Ascq



Presse

" Eugene Durif continue son travail d’investigation sur le rapport du corps et du théâtre. Il a écrit LUCIA ANNA LIVIA JOYCE – EN MOUVEMENT(S), un texte prêté à la fille de James Joyce incarné par Karelle Prugnaud dans un corps à corps admirable, mis en scène par Éric Lacascade au Théâtre de la Reine Blanche.

Après des études de philosophie et une carrière de journaliste, Eugène Durif déploie un travail inestimable sur l’art de la dramaturgie pour le théâtre, la radio, la télévision et le cinéma. Il portait en lui depuis longtemps cette pièce sur la relation étrange et fusionnelle de James Joyce avec sa fille Lucia. James Joyce, écrivain considérable et énigmatique développa un lien jaloux avec sa fille… et avec la schizophrénie de celle-ci. Ce couple père-fille contient le poison de la fusion et par analogie des enseignements précieux pour nous tous.

Eugène Durif est un auteur de l’anti-arrogance. Il s’affaire à son sujet. Avec authenticité et avec coeur, il ose l’impossible en offrant une adaptation théâtrale à son roman en cours d’écriture. Le roman raconte la vie de Lucia Anna Livia Joyce et sa survie parfois en institution psychiatrique ou parfois auprès de son père. Karelle Prugnaud magnifique comédienne et danseuse sera Lucia dans une mise en scène de Eric Lacascade. Par son engagement physique radical et son rapport intime avec le mouvement elle donne à voir ce qui intéresse Eugene Durif et qui pourrait se résumer à cette question fondamentale: comment les mots traversent le corps et comment ces mêmes mots réclament à être restitués sur un plateau de théâtre ? Nous assistons à un corps à corps brutal entre le texte et le corps de l’actrice, un corps à corps violent, transgressif. Seul le motif théâtral, emprunté à James Joyce de work in progress, d’une construction qui se songe finie en même temps qu’infinie nous offre une respiration salvatrice en même temps, parce qu’il y a cette coupure, une brèche pour une pensée différenciée.

La pièce est inattendue, physique, charnelle et érotique. Karelle Prugnaud incarne tout du long le bouleversement et l’instabilité tandis que, car boiter n’est pas pécher, le texte soutient tout. C’est remarquable.
"

David Rofé-Sarfati, toutelaculture.com
Suite aux représentations au Théâtre de la Reine Blanche – avril 2018

Photos

Dossiers de presse


Dossier de Presse (format word)


Dossier de Presse (format pdf)